Les femmes en TIC

Voici Madeline Ell.



Image

Profession : stratège et productrice vidéo
Employeur: Madeline Ell
Citation mémorable : « Plus on a de cordes à son arc, plus on est un expert reconnu. »

Quelles sont vos fonctions actuelles ainsi que vos activités quotidiennes?
Je me donne le titre de stratège et productrice vidéo. Dans le monde novateur en constante évolution dans lequel nous vivons, la stratégie vidéo revêt une importance chaque jour plus grande. La stratégie de communication qui se cache derrière la réalisation d’une vidéo peut faire long feu à cause du matériel, du personnel, de la modification des livrables, du budget, du contenu, des compétences de chacun et d’une pléthore d’autres obstacles. Devenues le principal outil de communication, les vidéos doivent impérativement raconter une histoire, transmettre des informations et être convaincantes. Mes activités quotidiennes peuvent aussi bien concerner la préproduction que la postproduction et englober les activités suivantes : planification, établissement de devis, budgétisation, embauche de personnel, sélection de personnes talentueuses, recherche de sites de tournage, communication avec les clients, organisation ou réception du matériel, tournage, réalisation, faire des courses pour le plateau, conduire, participer à des séances audio, diriger les personnes chargées de faire les voix hors champ, choisir de la musique, monter et compresser les vidéos pour la livraison finale.

Quels sont les diplômes dont vous êtes titulaire (le cas échéant)?

J’ai commencé ma formation à l’Institut technologique Southern Alberta dans un programme intitulé (à l’époque) Cinéma, télévision, scène et radio (CTSR). J’ai obtenu une majeure en production télévisuelle avec spécialisation en postproduction. Pour moi, il était évident que plus j’en saurais sur les coulisses de la production vidéo et télévisuelle, plus je serais une experte respectée et efficace dans mon domaine. Durant mon programme d’étude, j’ai fait un stage en relations publiques et j’ai obtenu un certificat en conception de l’Université des arts et du design Emily Carr avant de me lancer dans le monde de la publicité et des communications. À mon avis, on récupère toujours ce que l’on investit dans les études postsecondaires, si bien qu’il était fondamental que j’acquière les rudiments qui allaient servir de fondements à ma future carrière.

Skills Alberta 2012 de Madeline Ell sur Vimeo.

Quel parcours avez-vous suivi pour arriver à occuper votre poste actuel?

Je ne crois pas qu’on puisse me citer comme modèle, car j’ai suivi un parcours plutôt atypique. J’ai dérivé des relations publiques à la publicité, et des entreprises spécialisées en production à des entreprises ayant des activités de production en interne. D’après moi, tout a reposé sur les personnes que j’ai connues et le fait que j’ai une attitude positive, que rien ne me semble impossible et que je suis capable de faire bien des choses. Plus on a de cordes à son arc, plus on est un expert reconnu.

Quel a été le moment le plus décisif de votre carrière?

C’est quand j’ai travaillé pour les Jeux olympiques de Vancouver en 2010. C’est pour cela que j’ai décidé à la fois d’élire domicile dans une nouvelle ville et de commencer une nouvelle carrière. En fait, je voulais participer à quelque chose qui touchait au sport et à la réalisation vidéo et qui me dépassait, à quelque chose de plus grand même qu’une entreprise. Travailler au sein d’une équipe pour atteindre un objectif commun, c’est presque toujours ce qui rend le travail en équipe le plus enrichissant. Par conséquent, peut-on trouver un objectif plus motivant que les Jeux olympiques? J’ai fait partie de l’équipe officiellement chargée de la commémoration, si bien que j’ai eu le privilège de pouvoir me rendre avec ma caméra à toutes les compétitions que je voulais.

Vancouver 2010 thème olympique – lancement national de Madeline Ell sur Vimeo.

Que trouvez-vous le plus gratifiant dans votre travail?

Bien que, comme dans toutes les autres professions, il y ait des hauts et des bas, la réalisation vidéo est probablement le métier où existent les plus grands contrastes. C’est un métier on ne peut plus gratifiant, car voir son travail diffusé sur une chaîne de télévision nationale ou internationale, remporter une soumission ou simplement avoir la possibilité de travailler avec des personnes que vous avez toujours admirées ne sont que quelques-unes des satisfactions qu’il peut apporter.

Dans votre métier, quelles sont les qualités les plus importantes?

L’essentiel, c’est de pouvoir FAIRE PLUSIEURS CHOSES À LA FOIS! Dans mon métier, il faut pouvoir à tout moment mettre de côté ce que l’on fait pour effectuer une autre tâche, tout en gardant sa sérénité. Les niveaux de stress sont souvent élevés, car c’est un métier qui repose sur le respect des échéances. Dans ce métier, nous avons souvent l’entière responsabilité d’une tâche, si bien que ne pas être en mesure de la mener à terme peut signifier perdre un client, ne pas être payé ou ternir irrémédiablement sa réputation.

Les gens pensent souvent à tort que les TIC sont ennuyeuses. Pouvez-vous nous donner un exemple montrant que votre travail N’est PAS ennuyeux?

Cette question m’étonne dans la mesure où je ne suis pas certaine de la manière dont les gens du secteur des TIC perçoivent leur travail. Selon moi, prises globalement, les communications ne sont jamais ennuyeuses. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, les problèmes, les gens avec lesquels on travaille et les projets novateurs auxquels on participe sont chaque jour différents. Ce n’est pas un métier pour tout le monde, car il est en perpétuelle transformation, mais c’est, à mon avis, ce qui ne le rend jamais ennuyeux.

Selon vous, pourquoi les femmes sont-elles si peu nombreuses dans le domaine des TIC?

Je crois que cela est dû au fait que l’on a généralement une conception erronée des diverses professions liées au commerce. Les femmes sont sous-représentées dans les métiers liés au commerce, dans lesquels on range parfois ma profession. Ceci dit, quand on est une femme et que l’on travaille dans ce domaine, il n’y a absolument aucune raison de se sentir inférieure. Je crois même que c’est un avantage d’être une femme et d’occuper un poste dans les TIC, car, en matière de communication, les femmes sont généralement plus efficaces, plus précises et mieux structurées. Cela nous permet de gérer plusieurs projets à la fois, d’organiser les groupes de personnes et de régler toutes sortes de cauchemars logistiques auxquels les hommes ont peur de s’attaquer.

Pourquoi pensez-vous que les filles devraient acquérir des compétences en TIC?

La communication, c’est un domaine dans lequel les femmes excellent. Les compétences en information et en technologie sont celles qui comptent le plus de nos jours, car, sans elles, nous serions de piètres communicateurs. Par conséquent, lorsqu’elles sont ambitieuses et responsables et qu’elles n’ont pas peur de la confrontation, les femmes peuvent donc facilement briller dans ce domaine. Je crois que ce domaine offre aux femmes la possibilité de trouver un juste milieu entre la participation à la prise de décisions et la coopération avec les hommes.

Pouvez-vous donner cinq professions liées aux TIC susceptibles d’intéresser nos lectrices?

  1. Spécialiste des médias sociaux;
  2. Stratège en numérisation;
  3. Directrice du marketing;
  4. Productrice de vidéo;
  5. Intégratrice de la technologie.

Si nos lectrices souhaitaient faire une carrière comme la vôtre, que leur conseilleriez-vous?

N’ayez pas peur d’essayer toutes sortes de postes jusqu’à ce que vous trouviez celui qui vous convient. Ils sont tous reliés, si bien que, la plupart du temps, les compétences à posséder sont plus ou moins les mêmes. Assimilez aussi vite que possible autant de choses que possible et discutez avec les personnes qui occupent les postes qui vous intéressent. Je n’ai jamais rencontré personne qui ait refusé de donner des renseignements sur le poste qu’il occupe. Posez des questions.

En quelques mots, comment pourriez-vous inciter les jeunes femmes à se diriger vers le domaine des TIC?

« La vie est un mystère et nous fouillons l’univers pour en trouver la clé. » – Kris Demeanor
« C’est seulement une idée et on peut changer une idée. » – Louise Hay